frolov

 

Ils vous font perdre des cheveux. Ils vous permettent aussi de rivaliser le meneur dans votre pool. Lorsque vous y pensez, ils vous font aussi perdre cette avance insurmontable qu’ils vous ont donnée quelques semaines auparavant.

 



Il y a plusieurs genres de joueurs séquentiels. Il y a les gars qui produisent pendant 3 parties et qui enchaînent avec quelques parties sans points, ou les gars qui vous donnent une production très adéquate pendant 10 parties et qui refroidissent, et les gars qui vous narguent pendant 25 parties avec une production stellaire, et qui disparaissent ensuite sans jamais vous donner ce rendement de nouveau.

La chose importante est de les étiqueter selon leur catégorie. Si un joueur X amasse 29 points à ses 23 dernières parties, il n’est pas nécessairement un joueur de 100 points, maintenant ou dans le futur, s’il est un joueur séquentiel. En fait, il n’est peut-être même pas un joueur de 70 points, ce qui est bizarre alors qu’il a produit 29 points à ses 23 dernières parties. Si vous connaissez vos joueurs, vous ne serez pas éblouis par les phases des hauts (et les bas – c’est ainsi qu’ils produisent).

Voici les 10 qui me viennent à l’esprit lorsque je pense au mot “séquentiel”:

10. Antti Miettinen, Minnesota – Il y a eu une séquence de trois semaines l’an dernier à Dallas (13 points en 10 parties) ou nous aurions pu penser que ce gars pourrait devenir un joueur de 80 points. Nous l’avons vu de nouveau cette année alors qu’il a démarré la saison avec sa nouvelle équipe avec sept points en trois parties. Mais, il a amassé 35 points en 65 parties depuis – et ceci comprend une autre séquence de sept points en trois parties et une séquence de cinq en trois. Miettinen accumule ses points par « jets ».

9. Cory Stillman, Floride – Il a commencé la saison 2007-08 avec 34 points en 26 parties et il était parmi les meneurs de la ligue. Il a eu 31 points le reste de l’année. Ceci est une longue séquence pour lui, alors qu’il a habituellement des séquences de huit à 12 parties. Il a eu neuf points en huit parties pour débuter l’année, et il a eu 13 points en 11 parties à la fin janvier. Vous ne le verrez jamais atteindre 80 points de nouveau, mais vous allez voir deux ou trois de ces séquences de 10 parties chaque saison.

8. Brad Boyes, St. Louis –Il a eu au moins quatre parties sans points à trois différentes occasions l’an dernier. Cette année, il a eu des séquences de trois points en huit parties, un en huit et deux en sept. Entre ces léthargies se trouvent des séquences impressionnantes, dont deux séquences de huit parties de 11 et 13 points. À la fin de ces séquences, vous pourriez croire qu’il est un joueur de 90 points. Non.

7. Daniel Cleary, Detroit – Il y a deux saisons, il m’a convaincu que le Cleary que nous avions attend dans les années 90 était finalement arrive avec 27 points en 24 parties. Sans baisse de temps de jeu, il a seulement un point en 12 parties par la suite et il était clair que Cleary était séquentiel. L’an dernier, il a eu quelques bonnes séquences, dont 13 en neuf. Cette année, il a eu deux bonnes lancées – 10 points en 10 parties et 10 en neuf.

6. Milan Michalek, San Jose –Il aime ses séquences de huit à 12 parties. Cette année, il en a eu deux – neuf en huit et 12 en huit. Il nargue les gens qui l’ont dans leur pool en leur faisant croire qu’il sera un gars de 80 points, mais en réalité, il vous donnera probablement entre 60 et 70 points avec trois ou quatre de ces bonnes lancées. Il n’a pas encore atteint son apogée (il a seulement 24 ans), alors ne le discréditez pas complètement. Par contre, ne vous jetez pas de poudre aux yeux.

5. J-P Dumont, Nashville
– Il a terminé l’an dernier avec 49 points en 44 parties, alors on dirait que ses séquences sont plus longues que les autres. Par contre, il les balance avec des léthargies horribles. Il a eu six points en huit parties en décembre et janvier, ce qui prouve qu’il est un joueur de 70 points. Votre serviteur a été dupé par sa performance en deuxième moitié et j’ai naïvement cru que 85 points était possible. Mais, il est commode à posséder dans votre alignement lorsque ses séquences de 20 à 30 parties arrivent.

4. Derek Roy, Buffalo
–Il est un joueur de 60 points dans la première moitié et un joueur de 90 points dans la seconde. Au bout de la ligne, il atteint généralement des 80 points. Une de ces années, il va tout consolider et atteindre 90 points, mais entretemps, il un excellent candidat à « acheter à rabais » en décembre. Il a 32 points en 32 parties après avoir débuté avec 31 en 37. L’an dernier il en a eu 30 en 39 pour terminer avec 51 en 39. La saison d’avant, il avait 16 points dans la première moitié et 29 dans la seconde.

3. Kristian Huselius, Columbus
–Pendant 10 à 15 parties, vous pouvez croire qu’il n’a pas son égal. Ensuite, pour 10 à 15 parties, vous croyez qu’il ne joue pas. Il rend ses entraîneurs et ses propriétaires dans les pools fous. Si l’entraîneur a la patience et le fait jouer dans un bon système, il pourrait amasser 80 points et vous narguer avec des séquences de 20 points en 10 parties. Sous le présent régime Hitchcock, les bonnes séquences de Huselius sont tempérées à un point par partie.

2. Vaclav Prospal, Tampa Bay – Possiblement mal répertorié dans la rubrique “séquentiels”, alors que ses séquences durent pendant des saisons entières. Mais comment pouvons-nous penser autrement? Le gars atteint 80 points et enchaîne avec plus ou moins 50 points. C’est un mystère côté statistiques. Ses six dernières saisons vont comme suit : 2001-02 : 55, 79, 54, 80, 55, 71 – et cette année il est en route pour 51 points.

1. Alexander Frolov, Los Angeles –
Maintenant, ls poolers peuvent le classer réalistement comme un joueur de 70 points, plus ou moins. Mais il y a deux ans, il nous a tous fait croire naïvement qu’il était une vedette de 90 points en devenir. Ses séquences chaud et froid durent de 10 à 15 parties et s’enchaînent toujours avec huit à 12 parties de trois ou quatre points total. Actuellement, il est sur une séquence de six parties (huit points) alors si vous le possédez, prévoyez qu’il continue pendant encore cinq parties. Il a débuté l’année avec trois points en neuf parties et il a aussi eu des léthargies de seulement trois en 10 et quatre en sept. Autrement, ses séquences sont de 44 an 42, ce qui est modeste comparativement aux années récentes.

En devenir: Ryan Clowe, San Jose – Avec seule cette saison comme référence, Clowe a les séquences suivantes à son actif  depuis octobre :
Un point, cinq parties.
22 points, 19 parties.
Deux points, huit parties.
22 points, 20 parties.
Cinq points, 15 parties. (en cours).

Write comment
Comments (0)add comment
You must be logged in to post a comment. Please register if you do not have an account yet.

busy